Aider la famille et les amis améliorerait notre espérance de vie

Le lien et l’assistance familiale ou dans un cercle amical, pourraient jouer un rôle dans notre espérance de vie. Sonja Hilbrand du département de Psychologie de l'Université de Bâle et ses collègues ont étudié la relation entre vie sociale et affective et longévité, chez plus de 500 personnes âgées de 70 à 103 ans. Les grands-parents qui avaient eu une activité professionnelle de soignant étaient exclus de cette étude. L’âge, l’ethnie, les différents facteurs sociaux-économiques ont été pris en compte dans l’analyse. Les résultats montrent que les sujets âgés impliqués dans l’aide de leurs amis ou famille avaient une réduction significative de leur mortalité de 37 % par rapport aux sujets de même âge n’ayant aucune implication affective de ce genre. Ainsi, les gens qui aident et supportent les proches auraient tendance à vivre plus longtemps. Ce type d’étude ne permet pas d’analyser les mécanismes responsables, mais les auteurs avancent parmi les hypothèses étiopathogéniques, que les sujets qui s’occupent plus des autres sont plus équilibrés psychologiquement, plus altruistes et moins stressés.

 

Hilbrand S, Coall DA, Gerstorf D, Hertwig R : Caregiving within and beyond the family is associated with lower mortality for the caregiver: A prospective study. Evolution and Human Behavior. 2017 ; 38 (3) : 397-403.

Par le Docteur Christophe de JAEGER