Rester trop longtemps assis accélère notre vieillissement

Les télomères protègent les extrémités de nos hélices d’ADN. Lors de chaque division cellulaire, notre système de réplication est incapable de finaliser correctement la reproduction des extrémités des chromosomes et leurs télomères protecteurs s’usent. Ainsi, au cours de notre vie, on observe un raccourcissement progressif des télomères de nos cellules. Lorsqu’il n’y a plus de protection par les télomères, le chromosome se détériore lors des divisions cellulaires. La cellule entre alors en sénescence puis meurt. Outre l’avancée en âge, on observe un raccourcissement des télomères dans les affections cardio-vasculaires, le diabète de type 2, les cancers, l’inflammation chronique, un indice de masse corporelle élevé, et le tabagisme.

Peu d’études ont évalué le rapport entre sédentarité et longueur des télomères, avec des résultats contrastés et une méthodologie contestable. Shadyab et al. ont étudié, dans une large cohorte de 161.808 femmes ménopausées  (the Women's Health Initiative) suivies longitudinalement depuis 1993, le lien entre activité physique et longueur des télomères leucocytaires. 1481femmes, d’âge moyen 79,2 ± 6,7 ans, ont participé à l’étude réalisée entre 2012 et 2013. Le temps passé par 24 heures sans activité physique (travail, transport, lecture, télévision, ordinateur, sommeil . . .) et les facteurs de confusion (âge, ethnie, tabac, alcool, maladies. . .) ont été analysés avec la mesure de la longueur des télomères.

Les résultats montrent que les femmes les plus sédentaires (dernier quartile), passant la grande majorité de son temps en position assise et ne pratiquant aucune activité physique régulière, présentaient la longueur des télomères la plus courte, favorisant ainsi le vieillissement cellulaire.

Ainsi, le fait d’être sédentaire et rester longtemps assis est donc lié à la présence de télomères plus courts sur notre ADN, et favorise un vieillissement accéléré et un risque plus élevé de maladies chroniques.

Cependant, les femmes qui passent beaucoup de temps assises mais qui pratiquent une activité physique régulière arrivent malgré tout à garder des télomères plus longs.

 

Shadyab AH, Macera CA, Shaffer RA, Jain S, Gallo LC, LaMonte MJ, Reiner AP, Kooperberg C, Carty CL, Di C, Manini TM, Hou L, LaCroix AZ. Associations of Accelerometer-Measured and Self-Reported Sedentary Time With Leukocyte Telomere Length in Older Women. Am J Epidemiol, 2017; 185 (3): 172-184.

Par le Docteur Christophe de JAEGER